qu’est ce que le masque grand public

Qu’est ce que le masque grand public

Il existe différents types de masques : les masques FFP (1, 2 et 3) et les masques chirurgicaux. Sur son portail consacré au coronavirus, le gouvernement explique qu’en raison “des difficultés d’approvisionnement actuelles”, ces masques sont réservés aux soignants et ne peuvent pas être distribués à la population générale. Néanmoins, depuis 11 mai, tout le monde pourra bénéficier d’un masque : ces masques grand public sont en tissu, lavables et réutilisables, et garantissent “un niveau d’efficacité intéressant” contre le coronavirus, a précisé le ministre de la Santé Olivier Véran le 19 avril.

Pour la population générale, des centaines d’entreprises textiles reconverties ont lancé la production de “masques grand public” ou “masques barrières”, principalement en tissu, qui sont en train d’arriver dans les pharmacies et seront prochainement disponibles dans la grande distribution. Ces masques, qui sont notamment obligatoires dans les transports en commun ou les collèges depuis le déconfinement, répondent à des recommandations de l’Agence du médicament (ANSM) et d’autres experts, rassemblées dans le guide de référence de l’association de normalisation AFNOR. En “bec de canard” ou “à plis”, ils doivent ainsi filtrer au moins 70% des particules de 3 microns émises par le porteur, tout en permettant une “respirabilité” suffisante.

Pour recevoir l’homologation, délivrée par la Direction générale de l’Armement et l’Institut français du textile et de l’habillement, ils doivent être soumis à un protocole de tests pour garantir leur niveau de protection. Mais le guide de l’AFNOR, qui propose depuis mardi un modèle pour enfants à partir de 7 ans, est également décliné en tutoriels vidéos par de nombreux sites internet, pour tous les Français encouragés par le gouvernement à se mettre à la couture.

Pour les défenseurs des masques, n’importe quel modèle est toujours mieux que rien. Mais l’AFNOR appelle toutefois à être “vigilant” pour les masques avec des coutures “verticales, le long du nez, de la bouche et du menton“, qui comportent un risque de fuite par cette couture. L’association recommande aussi l’utilisation d’au moins deux ou trois couches d’un ou plusieurs tissus souples, d’éviter les tissus trop chauds ou irritants, et de ne pas ajouter de matériaux comme des sacs aspirateur ou des filtres à café.